Envie d'en savoir plus?

Mieux comprendre la dépression!

Qu’est-ce que c’est?

• Il ne faut pas confondre la dépression avec la déprime ou la tristesse passagère. Dans la vie, tout le monde a des hauts et des bas. Il est normal d’être parfois déprimé après certains événements difficiles (exemple : une peine d’amour), des échecs ou des frustrations. 

• La dépression est un état de profonde tristesse pendant plusieurs semaines. Les symptômes sont intenses, persistants et ils ne s’améliorent pas avec le temps. 

• La dépression peut toucher les adolescents, les enfants et les adultes. 

• Elle affecte plusieurs sphères de la vie, comme l’école, le travail, les relations avec la famille et les amis et la santé physique. 

• Elle entraîne plusieurs changements au niveau des comportements, de l’humeur et des attitudes. Ainsi, une personne active et enthousiaste peut devenir calme, triste et retirée tandis qu’un élève talentueux verra souvent ses notes chuter. 

• La plupart du temps, la personne dépressive n’a plus le goût de rien faire. Elle perd de l’intérêt pour les activités qu’elle appréciait auparavant.

• Seul un professionnel qualifié peut poser ce diagnostic.

*Source : Tel-jeunes

Mieux comprendre les troubles anxieux!

Qu'est-ce que c'est?

• Il ne faut pas confondre le trouble anxieux avec l’anxiété passagère ou le stress. Il arrive à tout le monde de se sentir anxieux (se) ou stressé(e) face à un événement important, un exposé oral ou un examen par exemple, et c’est tout à fait normal.


• Les personnes atteintes de troubles anxieux vivent des sentiments d’inquiétude et de détresse intenses et prolongées en réaction à des peurs irréalistes ou démesurées. 


• Elles perçoivent les événements comme étant plus dangereux qu’ils le sont réellement.


• Elles sont constamment préoccupées par leurs peurs et leurs malaises et ceci nuit à leur fonctionnement dans la vie de tous les jours (école, travail, etc.) et à leurs relations interpersonnelles.


• Les troubles anxieux peuvent provoquer des malaises physiquestels que des étourdissements, des douleurs à la poitrine, des palpitations, des bouffées de chaleur, des difficultés de sommeil et de concentration.


• Les troubles anxieux peuvent toucher les adolescents, les enfants et les adultes. 


• Il existe divers types de troubles anxieux, tels que la phobie sociale, le trouble panique, les phobies spécifiques (ex. : araignées), le troubles obsessif-compulsif, le trouble de stress post-traumatique, etc.


• Si tu ressens des peurs ou de l’anxiété persistante, intense, excessive et qui t’empêche de fonctionner dans le quotidien, tu dois consulter un médecin ou un professionnel qui pourra t’aider.

*Source : Tel-jeunes

Tableau de l'évolution de l'adolescence

*Source: © Médecine & Hygiène, 2008, revue médicale Suisse

Mieux communiquer avec mon adolescent

Parler avec votre adolescent

L’adolescence regorge de changements pour les parents et pour les jeunes. Non seulement les adolescents grandissent-ils et changent-ils physiquement, mais ils forment leur identité et gagnent en autonomie.

Les hormones qui déclenchent la puberté et suscitent les changements physiques ont également un effet sur les pensées et les sentiments des adolescents. Parallèlement, des changements majeurs se produisent dans leur cerveau et influent sur leur jugement, leurs prises de décision et leurs émotions. Ils testent leurs limites et s’efforcent de se sentir intégrés à leur groupe d’amis. Vous pouvez avoir l’impression que les amis de votre adolescent prennent plus d’importance que vous et votre famille.

Pourquoi une communication saine est-elle importante?

Tandis que votre adolescent fait son chemin vers l’âge adulte, il est normal et naturel qu’il établisse une distance entre lui et sa famille. Il est toutefois plus important que jamais de maintenir les voies de communication ouvertes. Si votre adolescent a l’impression qu’il peut vous parler, il saura que vous l’écouterez et tiendrez compte de ses points de vue. Il est donc fort probable que vous mainteniez une relation saine.

Si vous favorisez une conversation ouverte et honnête, votre adolescent sera plus susceptible de venir vous voir pour parler des choses importantes, telles que les relations, l’école, les relations et les drogues, plutôt que de se tourner vers ses amis pour obtenir de l’aide et des conseils ou que de se sentir seul.

Quelques conseils pour vous aider à communiquer avec votre adolescent

  • Parlez à votre adolescent de ses intérêts (musique, activités sportives, passe-temps, projets de fin de semaine, objectifs d’avenir).

  • Prévoyez du temps en famille. Tous les adolescents ont besoin de sentir qu’ils sont une personne importante de la famille. Une partie de ce sentiment se construit grâce au temps passé régulièrement en famille à faire des activités ensemble, comme aller au cinéma, faire une randonnée ou aller patiner. Les repas en famille constituent d’excellents moments pour échanger et parler des événements de la journée. De plus, les recherches démontrent qu’au moins un repas en famille par jour peut empêcher votre adolescent d’expérimenter des comportements à risque. Le temps en famille vous aidera à mieux connaître votre adolescent tandis qu’il grandit et se développe.

  • Écoutez. Les adolescents veulent que leurs parents écoutent leurs histoires, leurs préoccupations et leurs sentiments avec patience, compréhension et acceptation. Votre adolescent a besoin de croire qu’il peut partager ses problèmes et ses questionnements et de savoir que vous le soutiendrez. Il est également bon de répéter ses mots lorsque vous discutez de ses préoccupations, afin qu’il sache que vous comprenez.

  • Soyez prêt et disposé à discuter des choses dont il veut vous parler. Réfléchissez aux sujets qu’il peut avoir envie d’aborder (relations, relations sexuelles, drogue, alcool) pour être prêt à lui répondre lorsqu’il a des questions ou des idées difficiles à vous exposer.

  • Traitez votre adolescent avec respect et ne rejetez pas ses sentiments ou ses opinions. Trouvez des moyens de discuter et de convenir de vos désaccords sans poser de jugement. Gardez l’esprit ouvert lorsque vous discutez du point de vue de votre adolescent. L’écoute active l’aidera à se sentir important et à savoir que vous prenez ses préoccupations sérieusement, et elle renforcera votre relation.

  • Soyez digne de confiance. Ne vous moquez pas de votre adolescent et ne partagez pas ses histoires personnelles. Il est important de respecter sa vie privée. Si vous le faites, il sera plus susceptible de parler de sujets comme la violence, les mauvais traitements, le harcèlement ou les graves troubles d’humeur.

  • Gardez votre calme et essayez de ne pas devenir frustré. Vos questions et votre ton de voix peuvent mettre votre adolescent sur la défensive.

  • Offrez votre aide, même si votre adolescent ne la demande pas. Le défi consiste à être présent sans intrusion et à faire savoir à votre adolescent que vous êtes toujours disponible.

  • Évitez les sermons. Si les histoires de votre adolescent vous incitent à le sermonner, il sera moins susceptible de vous les raconter la fois suivante. Exprimez votre inquiétude, mais sachez qu’il est normal que les adolescents expérimentent. Soyez franc au sujet des règles et des conséquences.

  • Restez bref et tenez-vous-en à l’essentiel. En général, les adolescents ne restent pas concentrés pendant de longues conversations.

  • Planifiez. Prévoyez des périodes récurrentes pour rattraper le temps perdu ou parler des problèmes de votre adolescent. La voiture est un bon endroit pour discuter, parce qu’il n’y a pas d’autres distractions.

  • Prenez du recul. Si une conversation devient trop émotive ou passionnée, il est probablement bon de se retirer et de revenir lorsque tout le monde s’est calmé.

  • Soyez honnête au sujet de vos sentiments. Si vous l’êtes, votre adolescent pourrait se montrer plus ouvert avec vous.

Quand devrais-je appeler le médecin?

Les changements sont normaux pendant l’adolescence, mais des changements draconiens ou radicaux dans le comportement ou les habitudes de votre adolescent peuvent justifier votre inquiétude.

Voici quelques signes à surveiller :

  • Une perte ou une prise de poids extrême

  • Des problèmes de sommeil

  • Une irritabilité importante ou des troubles d’humeur continus

  • Des changements subits d’amis ou de l’isolement

  • Des problèmes à l’école, en matière d’apprentissage ou de comportement

  • Des démêlés avec la justice

  • La surutilisation des médias électroniques, telle que les téléphones cellulaires ou intelligents

  • Des signes de consommation de drogues ou d’alcool.

Si votre enfant présente des problèmes dans l’un ou l’autre de ces secteurs, parlez-en à votre médecin.

*Source de l'Article : Société Canadienne de pédiatrie

  • https://plus.google.com/117167403531
  • Twitter Square
  • facebook-square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now