À Perspectives jeunesse, nous encourageons les jeunes à s'exprimer par l'entremise de l'art
Triptyque réalisé dans le cadre des ateliers
Mieux me comprendre pour réussir

Deux personnes en train de collaborer pour installer des décorations. Un exemple simple d’entraide afin de rendre l’école plus agréable. Le point de vue de la photographe est distant, le sujet de la photo n’est pas rapidement identifiable. Les marches, les étages supérieurs, le large cadre, tout cela contribue à créer un sentiment de distance. La photo exprime la difficulté à aller chercher de l’aide, à voir le positif dans la collaboration, de peur de se faire juger, rejeter. Cependant,  lorsque l’on observe bien, on voit que l’aide existe et qu’il est possible de l’atteindre.

Le tableau d’affichage est flou, on peut lire les mots « Trouve ton Métier » sur une affiche. Il y a d’autres messages illisibles. La photographe a voulu représenter la confusion, la difficulté de se projeter dans l’avenir, d’avoir les idées claires par rapport à son cheminement scolaire et professionnel. C’est une réalité particulièrement difficile, surtout pour les élèves en adaptation scolaire.

Un corridor vide, avec un cadrage déséquilibré. Le focus est sur le mur, le reste est flou, on devine une porte de sortie au bout. La photographe a voulu transmettre une certaine inquiétude, une angoisse face à un lieu qui peut sembler banal, non menaçant. La vision peut être brouillée par le stress et empêcher la personne de se sentir à l’aise, de savoir où elle s’en va. 

Bande dessinée: Réflexions d’une jeune du Drop-In sur ses difficultés à créer des liens avec des jeunes de son âge. Grâce à différents logiciels, elle a pu transférer ses dessins sur ordinateur et créer une bande dessinée illustrant le défi qu’est pour elle de côtoyer d’autres jeunes et sa peur de ne pas être capable de se faire des amis.

Rap fait par Colin Reiher dans le cadre des ateliers Mieux me comprendre pour réussir sur le thème des dépendances

Je ne peux plus m'en passer

Depuis quelque temps, quelques secondes, j'y pense

Tu me trottes dans la tête, je t'en supplie, arrête

T'es une addiction qui me percute pour de bon

J'ai honte de toi, je te consomme en cachette

Tu me consumes de l'intérieur

Mais ça ressort à l'extérieur

J'ai peur de te perdre, de péter au frète

On me traite d'accro, je ressors mes crocs

Et prends le micro pour exprimer mon désespoir

Mais encore, est-ce que ça calme mes larmes?

PAS DU TOUT, donc du coup, je prends un coup, me tords le cou

Et retourne me coucher. En route pour un lendemain en vain

En route pour un autre constat sans fin

 

Tous ces moments passés avec toi

Toutes ces images créées grâce à toi

Au début je m'en moquais, maintenant c'est vrai

Je ne peux plus m'en passer

Je ne peux plus m'en passer

 

Ta couleur, ton odeur, ton manque de pudeur, tes caractéristiques

Qui peuvent me rendre extatique, fébrile, parfois même sénile

Un courant rafraîchissant, réfléchissant à l'image du Nil

Prisonnier d'une île, dans ma tête, j'y pense à vouloir retrouver mon indépendance

Sortir de cette séquence

Ce cercle vicieux

Je n'ai pas le goût de me retrouver vieux

Encore addict, plein de tics

affaiblis par une vie qui me livre ce message-ci

Consomme, consomme toujours plus

Non merci, pour cette fois

Non merci, pour 7 vies

Mais avec une réflexion bien poussée

Je me vois dans le regret

De devoir constater

Que c'est incontournable

Sans, c'est interminable

Vous avez sûrement deviné

Le sort qui m'est désigné

Coincé, impuissant et accablé

Je ne peux plus m'en passer

 

Tous ces moments passés avec toi

Toutes ces images créées grâce à toi

Au début je m'en moquais, maintenant c'est vrai

Je ne peux plus m'en passer

Je ne peux plus m'en passer

Dessin fait au cours des ateliers Mieux me comprendre pour réussir. L’artiste explique qu’elle se sent anonyme, incomplète, à la recherche de son identité propre. Le visage est réaliste mais flou, il en manque une partie qui représente ce qu’il reste à découvrir sur soi-même. La ligne représente la frontière à franchir pour s’exprimer, se présenter tel que l’on est.

Amuses-bouches

Au mois de Juin 2017, dans le cadre du 375ième de Montréal, des jeunes participants du Drop-In, accompagnés de Ève Montpetit, intervenante, on participé au projet créatif «Les amuses bouches», en collaboration avec Scène ouverte. Ces derniers ont ainsi pu laisser libre recours à leur imagination  et à leur créativité en décorant des bouches d’égouts dans différents quartiers de Montréal. Une bel accomplissement pour ces jeunes! Bravo!

  • https://plus.google.com/117167403531
  • Twitter Square
  • facebook-square
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now